Du dernier souffle – extrait- éditions du Frau 2017 -(épuisé, repris dans Jamais le dernier souffle, 2018, éditions Arte libris avec des dessins d’Henri Baviera)

couverture

Une voix faite

de toutes les voix

qui a mal

et qui met au monde

ceux

qui ont du mal

avec la vie

avec l’infini des visages

avec le fini de la nuit

à plein bras

avec un vent fait

de tous les il y a

depuis les autres mondes

où nous ne sommes plus

quelque chose      déjà vu

tourner autour     on ne sait

pas bien si c’est la joie

et à qui on la doit

Ça palpite et pourtant

faut-il se dire vivant

ça remue l’inconnu

au plein des ventres

ça tient la main

une douceur de peur

parce qu’on sait que c’est là

où ça commence

avec ce qui est perdu

ne s’oublie jamais

un amour debout

un corps tout sourire

acceptant les métamorphoses

un amour de l’instant

on dit comme le temps passe…

page 9

Rejoindre la conversation

9 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *