Lacérer -publication des éditions La Porte 2005 – extraits-(« J’aime bien la parole qui coupe- et le lyrisme inventif, tête chercheuse et se cognant aux murs, de Béatrice Machet. ») Antoine Emaz

Lacérer !

Mais quelles chairs de la pensée ?

                                                  Celles aux prises avec les tissus de la passion

venus voiler de leurs désirs un langage narratif

[…]

Sans spasme

sans crachat

dans un déboulé gracieux

elle énoncerait sa composition face aux chimistes ébahis

E   B   L   O  U   I     S    S    E   M    E    N    T

Lettres recombinées à l’envie

de façon aléatoire ou non

selon la loi d’incertitude ou non

cela définirait une nouvelle table des éléments      tous radioactifs

…..

                                                        … De l’irradiation naissent les préludes inédits
                                                                       Ultimes préliminaires avant la cécité

                                                                                                  avant le mutisme

                                                                                                    avant la surdité .

                                             Alors l’horizon s’élève . Là serré.

Son mouvement ascendant entraîne l’incantation humaine vers le cosmos natal , en amont

 du terrestre .Il veille. Il est latence . Il est criblé de trajectoires transparentes. Il est la

dynamique des silences . Il est la rencontre des parallèles . Il est le dernier écart . Il est

le lieu de l’intransigeante fusion des contraires . Il est reflet de mon absence en marche.

 Il est visage témoin de la tension vers le vide….   L’empreinte d’un pas devient source ….

[…]

Pavillon…. marteau ….. étrier

de l’externe à l’interne

du son à la pensée

hors de la phrase

mais dans le courant 

                                 ils expriment un poids  

                               une densité    un volume

                                                    vagabondent les premiers mots de l’harmonie

[…]

                              vertige de l’origine :

Et le langage c’était comment ?

Et la révolte aux tripes se vivait-elle à l’unisson des orages ?

avant….que la peur collective ne la transforme en docilité

 en adoration servile … avant…

Ô divinités ! Ô monstres et démons !        avant….

                                      avant l’étrange magie      avant l’enfance…

                                                              Les songes s’ouvrent au regard des comètes

                                                      le vent au passage des étoiles rebondit en rafales .

E       L          U        S           E            E              T

     B      O           I          S           M             N

codage génique

ou galaxie stellaire

mais totalité poétique

                                              Lacérer

quelle chair de la lumière ?

les illusions de fuite

ne tracent pas un chemin d’ombre

ténèbres et flots sombres ? les trous noirs emportent

est-ce une réquisition ?

une idée de golfe sans fond

                                               une marée   virgule et parenthèse

                                                                                 spirale et puis tunnel….

infini désir

infini galop

                                                              Lacérer    déborde la mesure humaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *